Vous savez comme j’aime dire que j’ai été enceint ?

Bon bien sûr en tant qu’homme jamais je ne connaîtrai la sensation de porter un enfant dans mon ventre. Je dois même admettre avoir ressenti un peu de jalousie quand parfois une femme me parle de sa grossesse, du bébé qui bouge, des sensations qu’elle a.

Physiologiquement, nous les hommes (cis), on ne ressent rien ! A moins de faire parti des 10 à 30 % des pères a avoir des symptômes d’empathie qui se manifestent pendant cette longue attente de la grossesse : la couvade.
J’en fais parti.

A mon niveau, quelque chose de simple : pas de vomissements, pas de brûlures d’estomac, mais quand même un appétit vorace et des envies. Comme celle que j’ai eu subitement alors que je travaillais.

Une envie soudaine de manger un moelleux au chocolat.

Impossible d’attendre c’était tout de suite.
Je me suis échappé de mon boulot (à ce moment là, je travaillais beaucoup en voiture) pour faire une halte et chercher ce que je devais impérativement manger. J’ai dû faire trois boulangeries avant d’en trouver un.
Il y a eu aussi ces nausées que j’ai eu tous les matins pendant les 3 premiers mois pour ma petite dernière.

Bien sur, tout cela était de l’ordre psychologique ! Et pourtant.. j’étais bien enceint !

Peut être que c’était une sorte de préparation à la naissance ? Un cheminement inconscient vers la paternité ?

Pour en avoir discuté avec mon mari, il a fallu dans notre histoire de vie, plus ou moins enterrer l’idée d’être père un jour. C’est comme ça, ” t’es homo, t’auras pas d’enfants ! “.
En tout cas, c’est le message ambiant, appris et ancré qui très heureusement commence doucement à changer. (Et c’est en parti l’intérêt de ma présence sur les réseaux sociaux.)

Alors qu’enfin nous sommes en passe de devenir pères, nous avons du mal à y croire. La femme qui porte notre enfant est à des milliers de kilomètres. Notre vie ne change pas vraiment. D’ailleurs, puisque ça ne se voit pas, socialement nous ne sommes toujours que de simples hommes.

Hormis les personnes au courant qui nous demandent ” Comment ça va ? ” Enfin… surtout “Comment Jill va ?! ” Nous, en tant qu’homme, personne ne nous demande si nous allons bien, si nous vivons bien la préparation de l’arrivée de nos bébés.

Alors pendant la grossesse on se prépare et on se persuade d’être des pères.

Et soudain, après 9 longs mois d’attente, on a nos petits amours dans les bras. C’est là, qu’on a vraiment été considéré comme des pères. A l’hôpital, nos familles, les gens dans la rue …
D’ailleurs aux États-Unis, nous avons pu vivre dans une chambre d’hôpital pendant les 3 jours qui ont suivi la naissance. Près de la chambre de Jill.
Nous avons été un peu considéré comme ceux qui avaient accouché. On a vécu les changements d’équipe médicale à 6h du matin, la prise de température des bébés à 4h50 alors que c’est pendant ta seule demie heure de sommeil !

Au diable ceux qui nous disaient que “forcément” on avait pas l’instinct maternel !

Les conceptions basées sur des préjugés machistes ont la vie dure.
D’ailleurs, dans les études dont les résultats font encore débat. Il est montré que le taux de testostérone baisse pour permettre à l’homme d’être plus ouvert aux soins de bébé.
Et dans le règne animal, il y a de nombreuses espèces où le mâle s’occupe de l’éducation. Passons sur l’hippocampe qui lui à la chance de porter son petit). Je crois que nous sommes de ceux-là !

Aujourd’hui encore, il me reste quelques kilos à perdre pour retrouver mon poids d’avant mes grossesses. Quoi qu’il en soit, même si nous n’avons pas porté nos filles dans notre ventre, nous les avons portés dans notre cœur.

18 Replies to “Je suis papa et enceint”

  • Merci de partager ceci avec nous ! L'instinct primaire de paternité/maternité est clairement quelque chose qui n'est pas lié au fait de porter ou non un enfant c'est l'amour que l'on a pour celui ci !
    En tout cas j'aurais aimé avoir un papa comme l'un de vous deux ! Mais au moins jai eu une maman forte comme deux personne !; ) et me voilà maintenant maman ! Que c'est beau la vie avec un enfant !: )

  • Magnifique histoire, et quoi que puisse dire les gens vous êtes père,malheureusement être parents ce les pas une histoire davoir un gros ventre et mettre au monde un enfant, ces avant tous avec le coeur. Et je peut dire que vous êtes de très bon père, bien mieux que certaine mère qui rejete leurs enfant voir pire. Je dirais même plus vous êtes de bien meilleur mère que beaucoup de femme en ce monde. Ne changé surtout rien vous êtes une super belle famille 🙂

  • Mon père, né en 42, disait souvent quand j'étais enfant qu'il enviait les femmes de pouvoir vivre cette expérience unique de porter un enfant… Sur certains aspects mon père était très moderne en fait !
    Merci pour ce beau et touchant billet.

  • Quelle belle histoire, vivre une grossesse et plus,que merveilleux, vous l'avez vécu, avec tant d'amour, d'attente, et cet amour que vous donnez à vos filles est tellement magnifique, je vous respecte pour cette belle vie ensoleillée.Merci de faire avancer les choses. Une mamie .😘

  • je suis ému … c'est magnifique et vous me donnez espoir, je suis jeune et j'ai le temps pour avoir des enfants mais j'avoue que la perspective de ne pas pouvoir avoir d'enfants de part mon homosexualité m'effrayait et me pousser à refouler mon orientation sexuel, plein de bonheur à vous et merci de tenir ce blog

  • Les petits pas font changer les choses sur la durée. Ta visibilité c'est pour moi plein de petits pas. Vous avez de la chance d'être parents et vous en profitez 100000 plus que ce qui ne mesurent pas cette chance. Pour moi la "sexualité" ne rentre pas en ligne. Je pourrai dire cela à un couple hetero peut importe. C'est sur que dans votre cas (je parle de ton couple) c'est plus rare … je vous embrasse (karynoublog)

  • Je vous suis sur Instagram, j’ai swipe-up, c’était mon premier article lu sur votre blog et je suis touchée. Votre histoire est magnifique, il n’y a pas de normalité à l’amour.
    Plein de bonheur à vous 5 (6 avec Francis ?)

  • Merci pour ce récit, beau et drôle. Ce témoignage est un bel exemple de la notion aussi de famille aujourd hui. Famille qui doit impérativement évoluer avec la société. Vous êtes là pour faire rappeler aux plus ardents, que tant qu il y a de l’amour dans une famille , peu importe que cela s inscrive dans un couple hétérosexuel classique. Continuez d’avancer et quand aux remarques désagréables et insultantes voir discriminantes jamais elles ne doivent vous déstabiliser, elles sont cruelles, et peu constructives.
    Et merci beaucoup.

  • C’est très touchant et émouvant… J’espère que ça montrera à d’autre couples que rien n’est jamais figé quoi qu’en disent les autres !

  • Dans les familles homo parentales ou les familles sans maman une zone du cerveau s’active similairement à celle d’une maman. C’est l’hypothalamus. Et chez vous ils s’activent chez les deux.
    Cette zone développe votre sensibilité auditive entre autre pour que vous entendiez bébé la nuit. Et une fois activée elle le reste a vie. C’est cette zone qui fait que vous attendez toute la nuit quand les enfants sortent en voiture avec les copains.

    Alors ceux qui disent qu’on ne peut pas être père si on gay, père célibataire ou autre ont tord puisque même votre cerveau change pour que vous le deveniez.
    Voilà je voulais vous dire ça. Donc la couvade ne m’étonnes absolument pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.